Sur papier, un guide de voyage, c’est pas une bonne idée

Si vous vous chargez encore de plusieurs guides de voyage, vous devez arrêter, pour la bonne santé de votre dos. Il y a maintenant des solutions de rechange électroniques qui ont métamorphosé ma façon d’explorer notre petite planète et alléger mon sac.

Les sites web

TripAdvisor.com : J’imagine que je n’ai pas à le présenter puisqu’il a fait l’objet de nombreux articles dans les journaux ces dernières semaines. Grâce à lui, j’ai abandonné les guides de voyage pour trouver des adresses d’hôtels et de restaurants.

Google Maps : parfait pour évaluer les distances entre les villes avec la fonction itinéraire et, avec la fonction Street view, pour confronter la vision idyllique présentée par l’hôtel avec la réalité.

Hôtel Plaza Florencia, en pleine ville de Mexico, n’est pas seul dans une plaine parmi les nuages.
Hôtel Plaza Florencia, en pleine ville de Mexico, n’est pas seul dans une plaine parmi les nuages.

Weatherspark.com : Enfin, une estimation plus précise que “Généralement il faut beau au mois d’avril”. Leur slogan “Beautiful Weather Graphs and Maps” est complètement approprié. Ça vaut la visite juste pour le coup d’oeil.

Wiki travel : Un guide de voyage en crowdsourcing, comme Wikipédia. Si vous l’avez consulté il y a un an et avez été déçu, retournez-y. La quantité d’information a explosé. Les hyperliens apportent beaucoup à l’expérience. Par exemple, sur la page d’une ville, la section “Get out” donne une liste de liens vers des villes environnantes à visiter. Des applications offrent les 90 000 articles pour une consultation hors ligne sur iPhone. Intéressant.

Les applications

CityMaps2Go : Un autre service utilisant le crowdsourcing pour son contenu. À partir des données du site openstreetmap.org, qui est un équivalent “wiki” de Google Maps, plein de cartes sont disponibles pour téléchargement pour une utilisation hors ligne, même pour des endroits aussi reculés que le Népal. Il ne consomme aucunement le plan data. Aussi, les gens l’ignorent souvent, mais le GPS est gratuit partout sur terre. Vous avez donc votre position sur la carte en tout temps, sans frais. Le seul hic de l’app: il ne peut calculer de trajets entre deux lieux. Mais pour 3$, fallait pas rêver…

Lonely Planet : Leurs guides en format applicatif. Ils incluent une carte pour une utilisation hors ligne. Mais je vais peut-être le délaisser en faveur des apps de Wiki travel. Comme Bruxelle n’est pas couvert par Lonely, j’y serai peut-être forcé.

Play and Tour Audio guides : Une trouvaille de mon frère. C’est exactement comme les audio guide, mais appliqués à une ville. Des points d’intérêts sont marqués sur une carte. On clique et on écoute. Je n’ai pas encore essayé lors d’un voyage.

4 responses to Sur papier, un guide de voyage, c’est pas une bonne idée

  1. John says:

    Je suis d’accord que pour la recherche d’hôtels c’est mieux d’aller en ligne sur trip advisor où autre site Web. Le livre sera moins utile. Par contre ce que j’aime des guides de voyage c’est qu’on peut préparer un peu d’avance et lire sur les destinations qu’on veut visiter, trouver de l’information pertinente sur la culture, ou aller en cas d’urgence, quoi éviter etc.

  2. Seb says:

    Un truc que j’aime beaucoup est de fouiller Google Maps furtivement près d’endroits où je vais. Je fais toujours des trouvailles qui ne sont mentionnées nul part. Mogarraz en Espagne en est un exemple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s