Ma première fois avec une professionnelle

C’est un des projets qui m’a ramené à Montréal: faire une séance de portrait avec une professionnel.  J’ai jamais été friand de ce genre. Je suis un peu trop anti-social pour rechercher une activité impliquant autant d’interaction avec un humain. Mais une sabbatique est le moment parfait pour explorer tous les… Humm… Visages de la photographie, quitte à sortir de ma zone de confort.

Katherine Stefanska

Donc à mes risques et périls, j’ai organisé une séance de portrait avec un modèle professionnel. Je suis allé sur Model Mohem en trouver un. C’est un répertoire d’hommes et de femmes offrant leur service dans le domaine de la photographie. On y retrouve des photographes et des maquilleurs, mais comme son nom l’indique, c’est surtout pour y trouver un modèle qu’on le visite. La rémunération varie entre gratuit, « time for print » où le modèle demande seulement d’obtenir les fichiers pour son portfolio, et naturellement « Paid ». Sans surprise, plus l’individue a de l’expérience, plus il exige d’être payé… Et plus il sera réticent d’aider un photographe à pratiquer le portrait. D’ailleurs plusieurs l’écrivent de façon sans équivoque sur leur profile.

Katherine Stefanska

J’ai envoyé plusieurs invitations et c’est finalement Keisha Katherine Stefanska qui a accepté. Une polonaise de 20 ans arrivé à Montréal lorsqu’elle était enfant. Sur son portfolio, elle affiche un style et une présence me faisant penser à Ellen Page ( même si en personne et sur mes photos, ce n’est pas du tout le cas ). Elle aspire à devenir modèle à temps plein et cherche à se bâtir un portfolio, un classique sur Model Mohem. Sa rémunération sera donc de tout simplement lui refiler des JPG à la fin.

Katherine Stefanska

Toute cette expérience me rendait bien nerveux. Juste de l’appeler pour prendre un premier rendez-vous m’a demandé un auto coup de pied au derrière. Je suis moins nerveux pour des blind date! D’ailleurs, au début de la séance, je devais être d’un rouge intense car j’avais de la difficulté à voir au travers mon viseur tellement il était embué. Mais Katherine est gentille et souriante. J’ai graduellement repris le contrôle. J’ai commencé à correctement exposé et mettre au point.

Pour me faciliter la tâche pendant ma toute première séance, j’ai décidé d’y aller au plus simple: chez nous, devant la fenêtre du salon. Donc une seule source de lumière, naturelle, sans flash ni même un déflecteur. Déjà là, j’en ai eu plein les bras à diriger le modèle et trouver des idée de pause et de composition. J’ai vidé mon salon pour dégager et contrôler l’arrière plan de mes photos. Au final, tout s’est plutôt bien passé. J’ai pris un nouveau rendez-vous pour explorer des plans plus large, toujours en lumière naturelle.

2 responses to Ma première fois avec une professionnelle

  1. Écoute. Je ne suis qu’un amateur en photo… Mais je trouves tes photos très bien ! Ya juste un blanc brulé, mais c’est peut-être mon écran d’ordi… Par certain… Ha… C’est vieux ordis Apple….

    • Merci pour les bons mots. Sur mon vieux macbook aussi, les contrastes sont trop fort. J’ai « développé » sur mon PC qui a un meilleur écran et ses plus nuancés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s